L'histoire

A la fin du XIXième siècle, au cœur de la Bourgogne à Savigny lès Beaune, un vigneron passionné et idéaliste, Léonce Bocquet (qui à la même époque, fût le propriétaire du célèbre château du Clos de Vougeot et d’une partie de ses vignes) fit édifier ces bâtiments pour la vinification et l’élevage des vins provenant de ses différents domaines. Pour cela, il fit appel à Charles SUISSE, grand architecte de l’époque et professeur à l’école des beaux arts, qui réalisa une construction originale et massive. Ces bâtiments aux couleurs peu communes pour la région, furent reconnus par tous comme le plus bel et majestueux monument du monde viticole bourguignon. L’édifice a été réalisé en 8 ans mais marqua indéniablement de son empreinte unique le visage de la côte de Beaune.

Après le décès de Léonce Boquet, la maison changea plusieurs fois de propriétaire, jusqu’à ce que le groupe familial suisse Schenk, un des leaders européen du commerce du vin et présent dans la plupart des vignobles du monde, la rachète en 1964.

C’est alors que la maison Henri de Villamont vit le jour.

Entre l’achat de la société en 1964 et 2004, le groupe Schenk a développé l’activité de sa filiale bourguignonne pour arriver à une production de plus de 20 millions de bouteilles. En 2004, las de cette course au volume et conscient de la nécessité de redonner à ce domaine sa place de joyau au sein du groupe, la famille Schenk décide de se séparer de son activité de négoce de masse.

Cette décision va très vite être suivie par une politique d’investissements techniques importants : la cuverie a été complètement repensée et rénovée, afin de fournir des outils œnologiques performants et optimaux.

Cette nouvelle approche de qualité engendre également le recrutement d’un nouveau directeur et vinificateur : Pierre Jhean.

Toujours en charge du bon fonctionnement de la société aujourd’hui, il occupe le poste de directeur ET vinificateur. Ce « et » prenant tout son sens lorsqu’on se penche sur les origines de ce vigneron. Pierre est oenologue de formation, originaire de Meursault où sa famille exploite un domaine. C’est donc tout naturellement que son bagage technique a influencé l’évolution de la maison !

Tous ces changements commerciaux, techniques et qualitatifs ont abouti à une réduction très importante des volumes : la maison Henri de Villamont passe en quelques années de 20 millions de cols à 350 000 cols, issus uniquement de la grande Bourgogne (de la côte chablisienne à la côte mâconnaise).